Aide soignant : petites mains à fortes responsabilités

Formation le par La Rédaction

Aide soignant ? Quesaco ?

Incorporé dans une équipe médicale, l’aide-soignant seconde l’infirmier dans ces actions quotidiennes de soins. Il favorise le bien-être des patients, en les aidants à réaliser les gestes journaliers qui peuvent paraître simples mais qui demande un « petit coup de pouce », tout en contribuant à maintenir l’autonomie des malades. Avec l’assistance de l’infirmier et sous sa tutelle, l’aide soignant garanti les soins de confort et d’hygiène des patients tels que les repas, la toilette, l’installation dans les meilleures conditions des patients….. Il est amené à transmettre ses observations sur chaque patient afin de pouvoir facilité et consolider la continuité des soins.

Seul « Superman » peut faire ce métier !

Détrompez-vous ! Le métier d’aide soignant requiert de détenir certaines qualités nécessaires afin de pouvoir réaliser son travail en toute tranquillité comme le sens de l’écoute et une certaine sociabilité entre autre. Il doit savoir composer et travailler au sein d’un collectif médical. Il contribue à la surveillance des fonctions vitales des patients et sait identifier l’aspect urgent d’une situation de pouvoir prévenir les personnes adéquates. L’aide soignant est au courant et connaît les règles de sécurité lors des transferts de malades. Dernière qualité requise pour être aide soignant, c’est de détenir une bonne qualité physique dans l’optique où il est demandé fréquemment de procéder à des transferts de patients.

Aide soignant : petites mains à fortes responsabilités

Intéressant… Mais quel salaire l’aide soignant obtient ?

La situation géographique, le secteur d’exercice, la spécialisation, l’ancienneté et les horaires sont des éléments importants qui définiront le salaire de l’aide soignant dont la base de l’heure se situe en moyenne entre 9.50€ à 13.90€. Ainsi selon les chiffres de 2012, comprenant toutes les spécialisations, le salaire net médian atteint 1732€.


D’accord d’accord. Mais ma carrière d’aide soignant peut-elle évoluer ?

Oui bien sûr ! Elle ne peut qu’évoluer si la motivation et l’envie sont présentes ! Après trois ans d’expériences professionnelles, l’ aide soignant peut postuler aux concours IFSI (Institut de formation en Soins Infirmier). Ainsi en devenant infirmier, l’aide soignant détient les capacités requises afin de devenir infirmier puériculteur, infirmier anesthésiste ou encore infirmier de bloc opératoire. L’aide soignant peut aussi acquérir le diplôme d’état d’auxiliaire de puériculture grâce à une passerelle car beaucoup de modules sont similaires avec le diplôme d’état d’aide-soignant.

Okay je signe ! Comment je m’y prends pour la formation d’aide soignant ?

Tout d’abord il faut passer un concours qui est spécifique à chaque IFAS (Institut de Formation d’Aide Soignant). Il est vivement conseillé de passer un certains nombres de ces concours afin d’augmenter ces chances de réussite et de pouvoir choisir le lieu de formation. Pour pouvoir passer ce concours, il faut remplir certains critères bien déterminés : avoir 17 ans, être détenteur d’un diplôme de niveau IV ou être détenteur d’un diplôme dans le domaine sanitaire ou social de niveau V ou encore être détenteur d’un diplôme étranger qui permet d’exercer des études supérieures dans le pays où le diplôme a été obtenu. Si vous disposez d’un de ces diplômes vous devrez passer une épreuve d’admission en école d’aide soignant sinon vous devrez passer le concours complet. Le concours se découpe en deux épreuves, la première est une épreuve à l’écrit qui se déroule sur deux heures et notée sur 20 points, vous serez admissible si votre note est supérieure ou égale à 10. L’épreuve écrite se scinde en deux, dans un premier temps cela se passe sur un texte de culture générale et dans un deuxième temps il faudra répondre à une série de 10 questions (5 sur la biologie humaine, 3 sur les quatre opérations numériques et pour finir 2 sur des exercices mathématiques de conversion). La deuxième épreuve, qui concerne tout le monde cette fois-ci, est une épreuve orale d’admission qui se divise en deux parties. Tout d’abord présenter un exposé sur un thème qui touche le domaine sanitaire et social, et par la suite, se présenter  devant un jury afin répondre à certaines questions afin de déterminer ces connaissances et son intérêt pour la profession d’aide soignant. Et après il n’y a plus qu’à attendre les résultats !

Aide soignant: petites mains à fortes responsabilités

Formation le par La Rédaction

Aide soignant ? Quesaco ?

Incorporé dans une équipe médicale, l’ aide-soignant seconde l’infirmier dans ces actions quotidiennes de soins. Il favorise le bien-être des patients, en les aidants à réaliser les gestes journaliers qui peuvent paraître simples mais qui demande un « petit coup de pouce », tout en contribuant à maintenir l’autonomie des malades. Avec l’assistance de l’infirmier et sous sa tutelle, l’aide soignant garanti les soins de confort et d’hygiène des patients tels que les repas, la toilette, l’installation dans les meilleures conditions des patients….. Il est amené à transmettre ses observations sur chaque patient afin de pouvoir facilité et consolider la continuité des soins.

Seul « Superman » peut faire ce métier !

Détrompez-vous ! Le métier d’ aide soignant requiert de détenir certaines qualités nécessaires afin de pouvoir réaliser son travail en toute tranquillité comme  le sens de l’écoute et une certaine sociabilité entre autre. Il doit savoir composer et travailler au sein d’un collectif médical. Il contribue à la surveillance des fonctions vitales des patients et sait identifier l’aspect urgent d’une situation de pouvoir prévenir les personnes adéquates. L’aide soignant est au courant et connaît les règles de sécurité lors des transferts de malades. Dernière qualité requise pour être aide soignant, c’est de détenir une bonne qualité physique dans l’optique où il est demandé fréquemment de procéder à des transferts de patients.