L'OMS décrète que l'Ebola n'est pas une menace pour la santé mondiale

Santé

Coup de théâtre ! L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que l’épidémie d’Ebola en République Démocratique du Congo (RDC) ne représentait pas une « menace » pour la santé mondiale. Le comité d’Urgence a même estimé que le risque de propagation internationale restait faible, alors que l’épidémie est parvenue à se frayer un chemin vers l’Ouganda. Détails !

Plusieurs milliers de victimes

L'OMS décrète que l'Ebola n'est pas une menace pour la santé mondiale

L’épidémie d’Ebola qui sévit actuellement en Ouganda a commencé l’année dernière. Le pays avait alors immédiatement décrété l’état d’alerte. C’est dans les provinces du Nord-Kivu et d’Ituri que 2 100 cas d’Ebola ont été détectés, avec près de 1 400 morts.


Le mois dernier, le virus a tué deux personnes, un enfant de cinq ans et sa grand-mère dans le district ougandais de Kasese. Une partie des familles a été mise en quarantaine par le ministère de la Santé après des diagnostics tandis que d’autres ont été ramenés en RDC pour des soins intensifs.

La dixième épidémie depuis 1976

Ce n’est pas la première fois que le virus Ebola sévit en Afrique. En Ouganda, dans le nord, une épidémie était déjà apparue en 2000 et avait fait 200 victimes. En RDC, l’épidémie actuelle est la dixième qui frappe le pays depuis 1976. Il s’agit également de la deuxième épidémie la plus grave dans l’histoire de la maladie, après celle qui a sévi en Afrique de l’Ouest entre 2014 et 2016.

Bref rappel sur l’Ebola

Le virus Ebola se transmet en général par contact direct des hommes ou par des animaux infectés que ce soit en les mangeant ou par contact physique. Il existe un vaccin approuvé par l’OMS qui permet au système immunitaire de vaincre le virus. Le problème, c’est que ce dernier se propage tellement vite, que les provisions de vaccins n’arrivent pas à suivre.

Pour ce qui est de la RDC et de l’Ouganda, la situation semble critique, mais l’OMS a quand estimé que l’épidémie ne constitue aucun danger. Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’organisation, a affirmé qu’« elle ne constitue pas une menace pour la santé mondiale ». L’OMS ne décrètera donc pas l’état d’urgence tant que le virus se « cantonnera » à « un ou deux pays seulement ».