La maladie de l'œil sec peut enfin être diagnostiquée en quelques secondes

Optique le par La Rédaction

29 Novembre 2011 — Strasbourg –Sensibilité à la lumière? Yeux qui piquent, qui brûlent ? Vision trouble ? Vous pourriez être l’une des nombreuses personnes souffrant d’une affection appelée La sécheresse oculaire ou le syndrome de l’œil sec. Une personne sur trois en souffre : ce syndrome apparaît quand la qualité et/ou la quantité de larmes dans l’œil sont déséquilibrées – encore à l’heure actuelle, seuls 2,5% des personnes sont traitées efficacement. Grâce au test d’osmolarité révolutionnaire TearLab®, le diagnostic et le traitement apaisent l’inconfort de millions de personnes atteintes à travers le monde dont en France.

Plus fréquent que vous ne le pensez

La population atteinte de sécheresse oculaire est en hausse, et pourtant, la sensibilisation du public est limitée. C’est habituellement un problème lié à l’âge : l’œil perdant de sa stabilité et le muscle des paupières se raffermissant avec le temps, ceci mène à un mauvais clignement. Les symptômes sont variés – s’aggravant souvent au cours de la journée après une activité prolongée sur une tâche particulière. Les désagréments typiques sont : picotement, brûlure, démangeaison, vision trouble, difficultés avec les lentilles de contact, et aussi surprenant que cela puisse paraitre, larmoiement des yeux.


Les femmes sont plus fréquemment affectées que les hommes, le syndrome est souvent déclenché par la ménopause mais aussi par des affections médicales telles que les maladies auto-immunes ou l’ostéoarthrite. Cependant, les générations plus jeunes sont aussi touchées et la vie moderne nous prédispose à être affectés par ce syndrome.

Regarder fixement un écran de télévision, d’ordinateur ou lire un livre provoque un clignement insuffisant qui, combiné à l’utilisation d’un chauffage central, peut contribuer à l’apparition progressive de la maladie. De plus, les personnes portant des lentilles de contact, ayant eu une chirurgie LASIK, souffrant de diabète, ceux qui sont sous antidépresseurs et les patients utilisant des gouttes pour le glaucome sont aussi plus sensibles à cette pathologie.

Sans traitement, les personnes souffrant de sécheresse oculaire font face à un inconfort considérable et risquent des ulcères cornéens.

Le test d’Osmolarité TearLab® peut radicalement améliorer le diagnostic de la maladie, qui a toujours posé des difficultés aux cliniciens. Le système TearLab® mesure le taux de salinité du film lacrymal, plutôt que de la teneur en huile ou en eau. Les tests traditionnels sont subjectifs, et fournissent souvent des résultats conflictuels, ce qui signifie que beaucoup de personnes ne bénéficient pas d’un diagnostic précis et par conséquent d’un traitement adapté.

Dr Arthur Cummings, ophtalmologue à la Clinique Wellington Eye de Dublin, explique : « Le Système d’Osmolarité Tearlab me permet d’évaluer très rapidement si un patient souffre de sécheresse oculaire, ce qui aura une répercussion sur les résultats de la chirurgie réfractive ou de la cataracte. Les autres tests couramment utilisés nous ont souvent donné des résultats conflictuels. Maintenant, je peux diagnostiquer cette maladie plus efficacement et peux décider du traitement approprié. C’est devenu une partie incontournable du processus de dépistage et c’est en passe de devenir systématique dans tous mes examens. Aussi il semble, qu’avec ce nouveau diagnostique précis, je puisse considérer la chirurgie pour un plus grand nombre de patients, alors qu’auparavant  je le leur aurais refusé en raison d’un dysfonctionnement du film lacrymal apparent, diagnostiqué à l’aide de méthodes plus anciennes. »

Le test d’Osmolarité Tearlab® est simple. Le clinicien pose délicatement l’extrémité « pointue » du stylet contre le coin externe de l’œil et prend un échantillon microscopique de larmes. Les données sont enregistrées instantanément sur ​​une puce jetable, qui n’a besoin que de 50 nL de larmes – un volume plus petit qu’une tête d’épingle. Quand le stylet est replacé sur la machine, le résultat d’osmolarité est affiché sur l’écran, permettant au clinicien d’évaluer si les larmes sont normales ou si le patient est atteint de sécheresse oculaire légère, modérée ou sévère. Ils peuvent ensuite décider d’un plan d’action pour traiter le patient ou bien le diriger vers un spécialiste.