Tourisme de santé : Les opportunités du marché tunisien pour les investisseurs

Esthétique

Un marché pérenne

Les relations entre la France et la Tunisie ont toujours été prolifiques. Encore aujourd’hui, les entreprises françaises comptent parmi les premiers investisseurs dans le pays.

Cela veut dire que pour les deux pays, il y a un marché « naturel » qui offre de belles perspectives. Cela est vrai aussi en matière de tourisme médical.

C’est un secteur en forte croissance qui bénéficie de facteurs de soutien très puissants. D’abord celui de l’Etat tunisien qui encourage la pratique depuis le milieu des années 90, ensuite un phénomène de résilience très intéressant à analyser.

En effet, on a constaté que même au moment de la révolution de 2011 et plus récemment pendant les événements liés aux protestations contre le film anti-musulman, les séjours en rapport n’ont pas chuté.

Comment faire pour en profiter ?

D’abord disons les choses clairement. Les investisseurs français devront miser en priorité sur un domaine prioritaire. C’est celui de la chirurgie esthétique en Tunisie qui fait venir le plus de personnes et qui contribue largement au chiffre d’affaire des cliniques locales et bien entendu aux hôtels.

La thalassothérapie, les soins en hammam et ceux proposés par les instituts de beauté ( qui sont pléthoriques) ne drainent pas autant de monde et sont surtout assez dépendants des saisons.

Comment en profiter ? La majeure partie des acteurs font face à une difficulté majeure : ils n’ont pas d’interlocuteur ou de vis-à-vis en France.

En amont de la demande de prise en charge et en aval (dans le cadre de ce qu’on appelle le suivi post opératoire), les patients n’ont pas de contact physique avec ces professionnels.

Cela pose un problème de sécurité et de confiance que la compétitivité des prix ne résoud pas toujours. Il y a donc ici un besoin précis à satisfaire.

Sa réalisation concrète peut prendre la forme d’une agence locale basée à Paris ou en province qui assure un rôle de premier contact avec les personnes intéressées et qui s’occupe ensuite du suivi de leur intervention une fois qu’elles sont rentrées.