Attention ! Le soja ne serait pas toujours bon pour la santé d’après l’UFC Que Choisir

Santé le par Alexandra Legrand

Avis aux amateurs de soja ! Certains affirment que ce dernier contiendrait des nutriments nocifs pour la santé. Vrai ou faux ? Pour soutenir ou réfuter cette théorie, l’association de consommateurs UFC Que Choisir a effectué une analyse sur les 55 produits alimentaires à base de soja. Ils ont découvert que oui, le soja présente des risques pour la santé. Les produits testés contiennent en effet une teneur très élevée en phytoestrogènes.

Trop de phytoestrogènes dans le soja

Que ce soit en sauce, en salade ou en substitut de la viande, le soja connait un succès incroyable. Malheureusement pour les adeptes, une étude de l’UFC Que Choisir dévoile que sa consommation en trop grande quantité est déconseillée à cause de sa forte teneur en phytoestrogènes. Il s’agit d’un composant naturellement produit par les plantes et qui est présent dans tous les produits dérivés du soja comme les desserts, les apéritifs, les sauces, les boissons, les plats préparés et même dans les biscuits.

Attention ! Le soja ne serait pas toujours bon pour la santé d’après l’UFC Que Choisir


Or il se trouve que les phytoestrogènes sont des perturbateurs endocriniens. Leur structure et leur mode d’action modifient en effet le fonctionnement des organes qui répondent normalement aux œstrogènes, causant ainsi quelques dérèglements dans l’organisme.

Des risques pour les enfants et les femmes enceintes

UFC Que Choisir a constaté que les produits à base de soja contenaient 5 fois plus de phytoestrogènes que la dose normale admissible dans une seule portion. À titre d’exemple, la dose dans un verre de lait de soja est 150 % plus élevée que celle recommandée pour un adulte.

Par conséquent, les produits à base de soja sont ne sont pas recommandés pour les enfants de moins de 3 ans et les femmes enceintes. L’idéal est de limiter leur apport à une seule et unique portion par jour. Car comme l’explique UFC Que Choisir : « une consommation régulière expose les consommateurs à de forts dépassements équivalents à deux fois et d27emie la dose maximale admissible pour les adultes ou les enfants. »

L’association des consommateurs a effectué une demande auprès de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) pour que cette indication soit désormais affichée sur les étiquettes des produits à base de soja afin d’informer le public sur le danger qu’il pourrait encourir à en manger beaucoup trop.