Le cannabis thérapeutique a droit à sa première fédération de consommateurs en France

Santé le par Alexandra Legrand

Il s’agit d’une véritable première : les consommateurs français de cannabis médical ont créé la toute première fédération regroupant les associations qui militent pour que l’utilisation des traitements à base de cannabis soit enfin autorisée et légale en France.

Victoire pour ceux qui prennent du cannabis médical

Dimanche 5 mai, le tout premier collectif d’associations qui militent en faveur du cannabis médical voit le jour. Baptisé « Espoir (Im)patient », le groupe se veut être « un espace et une force pour porter la cause et la voix de ces patients auprès des autorités ». Comme l’explique Mado Gilanton, la fondatrice, « c’est un enjeu énorme : on estime à six millions les Français qui souffrent de douleurs chroniques ».

Le cannabis thérapeutique, bientôt autorisé en France ?

Le cannabis thérapeutique a droit à sa première fédération de consommateurs en France

Le cannabis est connu pour posséder de nombreuses vertus bénéfiques qui permettent le traitement de divers maux tels que l’épilepsie, les cancers, les douleurs chroniques, mais aussi certaines maladies neurologiques comme l’Alzheimer ou la maladie de Parkinson.

En France, ils sont plusieurs millions à souhaiter que l’utilisation des médicaments à base de cannabis soit enfin plus libre et autorisée. Un appel entendu par l’Agence nationale pour la santé et le médicament (ANSM) qui a monté un comité d’experts (CSST) pour effectuer une expertise, puis réaliser des expérimentations pendant un ou deux ans.

Protéger les Français de l’automédication

La légalisation du cannabis médical en France n’est peut-être plus qu’une question de temps. Le député écologiste François-Michel Lambert a en effet annoncé son intention de déposer une proposition de loi visant à autoriser le cannabis à usage médical et récréatif.

Il argumente que cela va permettre aux Français d’accéder à des produits de meilleure qualité. Les consommateurs pourront également bénéficier d’un suivi médical, ce qui évitera ainsi l’automédication qui n’est pas sans risque. De son côté, le gouvernement pourra réaliser environ deux milliards de recettes fiscales par an. Pour ce qui est d’« Espoir (Im)patient », la fédération espère pouvoir contribuer à faire avancer les choses plus rapidement.