Caries dentaires et mal de dents

Dentaire le par La Rédaction

Avant d’être un trou dans une dent, la carie est une maladie causée par certains microbes, dits cariogènes, présents dans la bouche. Mais certains facteurs, propres à chaque individu, peuvent la favoriser.

Caries dentaires et mal de dents

Facteurs de risque

Le plus important facteur déclenchant du processus carieux est la plaque dentaire.
Elle est composée d’agents infectieux mais contient aussi de la peau de la muqueuse buccale et des gencives qui se renouvelle régulièrement, des restes d’aliments non éliminés et de la salive dans laquelle baignent nos dents.
Cette plaque se reforme dès la première heure après le brossage et peut atteindre 1 milliard de bactéries par milligramme. Ces bactéries rejettent les acides à la surface des dents, et c’est le point de départ de la carie.


D’autres facteurs entrent alors en jeu, le terrain du sujet notamment. En effet, la dent est plus ou moins attaquée par les acides en fonction du volume de la salive et de la qualité de ses composants. Le facteur alimentation est également très important : le sucre favorise l’apparition de caries mais aussi le grignotage, les aliments qui collent aux dents et les quantités avalées.
Enfin, le facteur temps joue aussi un rôle car on n’attrape pas une carie du jour au lendemain : c’est un processus relativement long où le temps d’exposition des surfaces dentaires à l’acidité joue un rôle capital.

Manifestations

La carie démarre par une lésion puis devient une véritable cavité par perte importante des cristaux d’émail.
Elle se rencontre là où la plaque dentaire peut s’accumuler et où le brossage est difficile voire inexistant.

Les principaux points de départ des caries sont les sillons à la surface des dents, les collets près de la gencive et entre les dents. La carie progresse de l’extérieur vers l’intérieur. Une carie débutante se repère à la coloration : c’est une tache qui va du blanc crayeux au brun et qui ne fait pas mal tant qu’elle est localisée à l’émail.
Si la carie atteint la dentine, la douleur s’installe : réaction du sujet au chaud, au froid, au sucre, au citron ou au vinaigre.
Troisième stade, la destruction de la dentine se poursuit jusqu’à provoquer une inflammation de la pulpe. C’est la pulpite ou rage de dents. Les douleurs sont alors spontanées, violentes, troublant le sommeil. L’atteinte de la pulpe étant irréversible, il faut dévitaliser la dent.

Si on laisse évoluer la situation, la pulpe va mourir et se nécroser, des kystes ou des abcès peuvent se former. À ce stade, la circulation des bactéries au travers du réseau sanguin peut avoir des retentissements sur tout l’organisme.

Traitement et évolution

La carie entraîne une perte de substance de la dent qu’il faut soigner pour stopper le processus et réparer pour rétablir les différentes fonctions des dents.
Dès que la dentine est atteinte, le traitement se fait sous anesthésie ce qui permet de nettoyer complètement la partie infectée et de protéger la pulpe. Pour restaurer, on emploie des amalgames métalliques composés d’étain, de cuivre, de zinc et de mercure. Ou, par souci esthétique, des composites qui sont des résines chargées de micro particules.
Quand la destruction de la dent est trop importante ou qu’elle atteint la pulpe, il faut des restaurations plus complètes faites de pièces réalisées chez un prothésiste comme les inlays, les onlays, les couronnes métalliques ou céramiques.

Prévention

Pour préserver une bonne santé bucco-dentaire, il est recommandé d’aller chez le dentiste régulièrement, au moins deux fois par an.
Le brossage est indispensable et doit être pratiqué après chaque repas. C’est en effet l’action mécanique de la brosse à dents qui élimine la plaque bactérienne. Cette brosse à dents, que l’on choisira à poils synthétiques souples et à bouts arrondis pour ne pas blesser la gencive, doit être individuelle et changée tous les deux mois. Le brossage s’effectuera pendant trois minutes à chaque fois.
Dans les régions interdentaires, la brosse ne suffit pas. Son action peut être complétée par le fil de soie interdentaire lorsque les dents sont très serrées, ou par la brossette interdentaire lorsque les espaces le permettent.

Le choix du dentifrice est également important. Il faut plutôt le choisir riche en fluor qui favorise la reminéralisation d’éventuelles lésions débutantes et contribue à inhiber les acides et les bactéries de la plaque.

L’hygiène alimentaire joue enfin un rôle majeur dans la prévention des caries : il faut consommer moins de sucre (bonbons, etc.), éviter le grignotage ainsi que les aliments de consistance molle et collante.

Questions

Mon fils a des dents de lait cariées. Faut-il les faire soigner ?
Absolument et le plus vite possible. Il faut savoir que les dents de lait possèdent un émail de faible épaisseur et que leur minéralisation s’effectue dans un temps très court, ce qui les rend plus sensibles à la carie. Et leur infection peut avoir des répercussions sur la dent définitive sous-jacente.

On dit que les amalgames métalliques sont dangereux pour la santé. Que faut-il en penser ?
On a accusé le mercure effectivement. Pourtant, c’est bien à tort, car il ne peut être toxique puisqu’il n’est pas à l’état libre.