Des chercheurs ont trouvé un médicament contre le cancer

Santé le par Alexandra Legrand

Le cancer fait parties des maladies les plus dures à soigner. En 2018, Le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) a rapporté que la maladie a tué 9,6 millions de personnes à travers le monde. La faute aux traitements qui ne parviennent pas à éliminer complètement les cellules cancéreuses, et stopper leur propagation dans le corps. Des chercheurs de l’université Harvard pensent cependant avoir trouvé la solution au problème. Les chimistes sont parvenus à développer un remède en s’inspirant des éponges de mer. Détails !

Les chimistes ont développé une molécule spéciale

Des chercheurs ont trouvé un médicament contre le cancer

Le remède développé par les chercheurs d’Harvard repose sur l’halichondrine, une étonnante molécule que l’on ne retrouve que chez les éponges de mer. L’halichondrine possède des propriétés anti-cancers que les scientifiques espèrent pouvoir utiliser pour guérir ce mal chez l’homme. Ils sont parvenus à synthétiser cette précieuse molécule et ont déjà procédé à des essais cliniques sur des rats, et dont les résultats ont été très encourageants.


À propos des halichondrines

Naturellement présentes chez les éponges de mer, les halichondrines sont connues des scientifiques depuis déjà trente ans, mais ce n’est que maintenant qu’ils sont parvenus à en produire. Les propriétés anti-cancers de cette molécule reposent sur le fait qu’elle est capable d’inhiber les  microtubules cellulaires qui sont des molécules importantes pour la division des cellules. Certes, il existe déjà des médicaments anticancéreux qui ciblent les microtubules, mais les chercheurs ont découvert que les halichondrines sont beaucoup plus rapides et efficaces.

La solution n’a pas encore été testée sur l’Homme

Pour l’instant, les essais cliniques n’ont été réalisés que sur des animaux, car les chercheurs ne sont pas encore parvenus à fabriquer toutes les molécules nécessaires à des essais cliniques sur l’Homme. Comme l’explique Takashi Owa, un des chercheurs à l’origine des travaux : « En raison de la structure unique du produit naturel, de nombreuses personnes se sont intéressées au mode d’action et les chercheurs ont souhaité mener une étude clinique. Mais un manque d’approvisionnement en médicaments les a empêchés de le faire. »

Les recherches continuent pour parvenir à synthétiser d’avantages d’halichondrines. En attendant pour ceux et celles qui veulent en savoir plus, les travaux des chercheurs d’Harvard ont fait l’objet d’un article détaillé dans la revue Scientific Reports.