La clinique psychiatrique de La Borde démontre que la psychothérapie institutionnelle fonctionne

Psycho

La clinique psychiatrique de La Borde est un établissement de santé mentale qui se situe à Cour-Cheverny dans le département du Loir-et-Cher.

La mère de la psychothérapie institutionnelle

Officiellement ouverte aux patients en 1953 par le docteur Jean Oury et à son équipe de soignants. Le docteur Oury exercera dans ce lieu magnifique jusqu’à sa mort en 2014.

La clinique psychiatrique de La Borde démontre que la psychothérapie institutionnelle fonctionne

Il a énormément travaillé pour l’évolution et au développement de la psychothérapie institutionnelle. La clinique de La Borde continue aujourd’hui en 2020 à accueillir des patients, qui sont en fait appelés pensionnaires, en conservant les mêmes techniques de soin créés par le docteur Jean Oury. La Borde est un établissement précurseur dans ce domaine.

Un environnement pensé pour les soignés et les soignants

Les soignants et les soignés, fonctionnent ensemble pour la gestion de la clinique de façon autonome. Cela évite la frustration et le renfermement des pensionnaires qui bien au contraire sont à l’aise et apaisés en rendant un service particulier, comme répondre au standard, distribuer le courrier, s’occuper des chevaux de l’écurie, et plein d’autres missions.

La majeure partie des pensionnaires souffrent de schizophrénie ou de bipolarité, mais d’autres patients avec des maladies mentales diverses et variées sont également accueillis s’ils le souhaitent expressément.

L’hospitalisation d’office et la contention n’est pas dans le protocole de cette clinique où c’est aux patients de décider et d’accepter une éventuelle admission. Vous ne verrez jamais un patient en souffrance à crier de douleur enfermé dans une chambre et attachée au lit. Non, ce malade sera pris en charge immédiatement par de nombreux acteurs de la clinique, il sera rassuré, compris, mais jamais jugé.

Les soignants, appelés moniteurs et les soignés appelés pensionnaires, sont dans la même échelle médico-sociale. Les moniteurs apportent les soins, mais aussi, et comme les pensionnaires, participent aux activités et ateliers afin de faire vivre la clinique.

La clinique psychiatrique de La Borde démontre que la psychothérapie institutionnelle fonctionne #2

Ne soyez pas surpris de voir un docteur en philosophie et en psychologie faire la plonge au restaurant ou un pensionnaire aider un moniteur à changer la couche d’une personne âgée.

D’ailleurs, le statut d’ange gardien chez un Labordien est un pensionnaire qui va s’occuper et aider un camarade en difficulté, la nuit ou la journée. En fait, l’entraide à La Borde est reine entre soignants-soignés.

Dans certains secteurs de La Borde, le rôle des ASH (Agents des services hospitaliers) est assuré par les pensionnaires et les moniteurs. Un patient peut donc servir une centaine de camarade à table pour le déjeuner ou le diner, et un soignant peut passer la serpillère dans les couloirs, ou inversement.

Vous l’aurez compris, à la clinique de la Borde, le soin passe par l’action de tous. Participer aux soins et aux ménages, ainsi qu’aux ateliers et activités, est le meilleur moyen pour se soigner.

Lionel Belarbi, le fondateur du journal abrasif, publie souvent dans sa catégorie de prédilection la santé mentale. Il explique d’ailleurs en tant qu’ange gardien (un statut à La Clinique de la Borde), les différents rôles du personnel et des patients dans un texte humain et authentique de cette clinique psychiatrique atypique.

Informations pratiques

  • La clinique de La Borde vous accueille toute l’année au 120 route de Tour en Sologne, 41700 Cour-Cheverny
  • Au standard (tenu par les pensionnaires) Tel : 02.54.79.77.77
  • Les stagiaires peuvent contacter le standard ou le mail de la Commission Stage
  • Mail : [email protected]cliniquedelaborde.com