Où en est le développement de l'ostéopathie en France en 2022 ?

Pros, Santé

L’ostéopathie est une pratique séculaire basée sur la manipulation des os et tous organes alliés. A l’actuelle ère de la science, elle se révèle un recours convenable pour garantir un meilleur fonctionnement des organes osseux et névrotiques. Comme partout ailleurs, cette pratique médicinale est largement employée en France pour divers besoins de son champ d’actions. Grace aux diverses innovations observées dans le monde médicinal, l’ostéopathie sur le territoire français connait de jours en jours de nouvelles améliorations.

  • Maîtriser l'examen clinique en ostéopathie: L'examen pas à pas
  • Le grand livre de l'ostéopathie: Le guide indispensable pour tous - Les techniques pour comprendre et agir - 200 exercices pour pratiquer au quotidien (Le grand livre de...)

Il serait donc idéal de faire la lumière sur le développement de cette méthode thérapeutique dans les régions françaises. Découvrez dans ce billet tout ce que vous devez savoir sur le développement de l’ostéopathie en France.

Quelques centres d’ostéopathie en France

En raison de l’ampleur du phénomène d’ostéopathie dans le monde et en France particulièrement, plusieurs centres de traitement ont vu le jour. Il existe donc de diverses lieux de santé spécialisés où tout patient ayant besoin d’un ostéopathe peut se rendre. Toutefois, si vous souhaitez bénéficier d’un meilleur traitement, vous devez recourir aux professionnels ayant démontré par le passé leur expertise dans le domaine. A cet effet, si vous recherchez un spécialiste ostéopathe à Lyon 6ème, vous pouvez vous référer à Lyonosteo.

En dehors de cette région, l’équipe spécialisée dispose également d’autres centres un partout à Lyon. Au-delà de ce district, vous pouvez tout de même trouver d’experts praticiens à Villeurbanne. De toutes les manières, le territoire français regorge de multiples centres réputés dans les exercices de manipulations du système musculosquelettique.

Histoire de l’ostéopathie en France

L’ostéopathie apparut en Europe grâce à John-Martin Littlejohn, l’un des élèves Still. Il fut la première personne à avoir créé une école européenne spécialisée dans ce domaine en 1917. Plusieurs médecins spécialistes d’ostéopathie se sont donc fait former dans cet établissement fondé à Londres. C’est ainsi que plusieurs praticiens français se sont intéressés au fait et ont suivi des formations dans les établissements de médecine du Royaume-Uni ou des USA.

Ces diplômés d’écoles internationales formèrent d’autres praticiens et commencèrent par ouvrir des centres sur le sol français. Subséquemment, l’ampleur de la pratique a connu un véritable succès dans les sous-régions. Plusieurs praticiens de divers grades, même les non formés, se sont par la suite inclinés sur cette méthode de traitement et les résultats semblèrent n’être plus au rendez-vous. Ce qui a fini par attirer l’attention des législateurs à établir de monopole d’exercice permettant de rendre la fonction plus professionnelle.

Par ailleurs, il faut reconnaitre qu’il existait des formes traditionnelles d’ostéopathie en France bien avant son insertion à caractère moderne. Ce mode séculaire d’ostéopathie consistait à utiliser simplement la vertu de certaines plantes spécifiques pour traiter les maladies osseuses et d’autres maux. Il est vrai que cette ancienne méthode est désormais laissée sur le territoire français au profit de l’ostéopathie à forme moderne. Toutefois, il faudrait reconnaitre qu’elle a servi de socle aux ostéopathes pour disposer de nouvelles méthodes de soins très efficaces.

Réglementation sur l’ostéopathie en France

L’ostéopathie, longuement considérée comme une médecine non conventionnelle est régie par diverses réglementations en France. Celles-ci sont périodiquement modifiées et adaptées aux réalités contemporaines. Suite à la grande expansion sociale de l’ostéopathie dans les régions françaises, le législateur a créé en 1962 un monopole de travail réservé uniquement aux médecins. Ce n’est qu’en mars 2002 que la France légalise la pratique d’ostéopathie sur son territoire.

Quelques années après la légalisation de ce mode traitement, plusieurs réglementations commencèrent par être élaborées. Celles-ci visent à recadrer la pratique sur le sol français. C’est ainsi qu’en mars 2007, les décrets d’application suivis du processus de reconnaissance des praticiens en exercice ont été publiés. Il est vrai que ces textes ont véritablement contribué à l’avancée de l’ostéopathie. Mais la multiplication conséquente des professionnels et établissements de formation dans le domaine va constituer une réelle entrave à ces constitutions.

A cet effet, un cahier de charge est établi l’IGAS au début des années 2010.  Ce document est initialement destiné à contrôler les conditions de travail et la pléthore des écoles. Toutefois, ce n’est qu’en 2013 que le jadis ministère de la santé réengage un travail par rapport à l’encadrement réglementaire de la pratique. Une démarche qui couvrira tant le volet de l’encadrement des écoles que celui de la formation. Les divers représentants de la profession sont donc invités à participer activement à ces travaux.

Par ailleurs, dans l’optique de rendre le secteur plus professionnel, un nouveau cadre réglementaire basé sur la profession fut achevé en 2014. Ce dernier définit des critères précis obligeant les établissements à solliciter un nouvel agrément mis en vigueur dès 2015. C’est de la sorte que la direction générale de l’ordre social répertorie 23 établissements destinés à former des praticiens. La liste n’était pas pour autant exhaustive puisque le nombre a grimpé juste quelques mois plus tard.

Les principales techniques d’ostéopathie

Il existe de diverses techniques employées par les praticiens pour venir à bout de leur traitement en ostéopathie. Même si quelques-uns de ces procédés semblent être spécifiques à certaines régions, il n’en demeure pas moins qu’il y en existe qui soient généraux. En France, les ostéopathes obéissent majoritairement aux techniques générales de cette pratique médicinale. Parmi celles-ci, l’on retrouve l’astuce de mobilisation passive des articulaires qui regroupe les méthodes fonctionnelles indirectes et directes.

Où en est le développement de l'ostéopathie en France en 2022 ?

A l’opposée de la première stratégie, certains praticiens utilisent les méthodes de mobilisation active des articulaires. D’autres préfèrent les techniques mixtes de mobilisation articulaire qui regroupent les deux précédentes. A ces procédés s’ajoutent les stratégies de mobilisation des structures péri-osseuses et molles. Elles ciblent les traitements crâniens, viscéraux ou faciaux. Hormis ces techniques d’ostéopathie, il existe tout de même de divers procédés robotiques qui connaissent quotidiennement de fortes améliorations.

Les champs d’action de l’ostéopathie en France

En France, les champs d’action de l’ostéopathie sont très vastes, abordant ainsi de multiples maux qui minent le système osseux et névrotique. Au début, les praticiens français ont seulement habileté à soulager les douleurs musculaires et à trouver de remèdes sédatifs face aux maladies osseuses. Mais la pratique a largement révolutionné, en l’occurrence grâce à la multiplication des écoles de formations et aux avancées de la science, permettant ainsi à ces ostéopathes français à extérioriser le champ d’actions.

A cet effet, les praticiens français sont susceptibles de traiter les lombalgies et douleurs pelviennes. Aussi, ils peuvent trouver de solutions aux pneumonies et les coliques infantiles.  En outre, l’ostéopathie peut être un bon recours pour remédier aux rachialgies, cervicalgies et céphalées.

  • Atlas des techniques ostéopathiques, 2e éd.
  • Le corps tenségritif: Un ostéopathie simple, rapide et efficace