Electro-sensibilité : un syndrome à prendre au sérieux

Santé

Depuis quelques années, de nombreuses personnes sont victimes des champs électromagnétiques qui nous entourent. Ce syndrome compte encore peu de cas inquiétants répertoriés, mais il ne faut surtout pas le prendre à la légère.

Les personnes sensibles aux ondes électromagnétiques négligées

Le vendredi 28 mars, une femme s’est réfugiée au sommet d’une grue pour protester sur sa situation : elle est sensible aux ondes électromagnétiques et vit dans un logement inadapté. L’habitante du département des Hauts de Seine a déclaré pour l’AFP : « je n’en peux plus, j’arrive au bout, cela fait deux ans que je demande à être relogée en vain. ». Cette femme est victime des ondes et ne peut plus les supporter. Rappelons que le syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques (SICEM) est une maladie avec laquelle l’individu concerné souffre de symptômes causés par les champs et ondes qui sont tout autour de nous : appareils électriques, téléphones, antennes relais, etc.

Electro-sensibilité : un syndrome à prendre au sérieux

Ce syndrome n’est pas vraiment reconnu par la médecine comme une véritable pathologie, il y a encore trop peu de cas répertoriés en France. Cependant, l’apparition de plus en plus de cas commence à inquiéter : en 2011, l’agence de recherche sur le cancer de l’OMS a classé « les champs électromagnétiques de radiofréquence comme peut-être cancérogène pour l’homme ». Ne serait-ce que par simple principe de précaution, ne serait-il pas temps de prendre ce syndrome au sérieux? Le gouvernement n’aurait-il pas des mesures préventives à entreprendre ?


Les ondes du téléphone portable sont-elles néfastes ?

Certaines personnes électro-hypersensibles (EHS) remettent en cause l’indifférence de l’état français concernant la prévention du syndrome. « Je pense être devenu EHS par accident et par manque de prévention de l’état français sur les dangers du portable. » d’après le témoignage de cet homme, les ondes créées par les appareils de télécommunications sont les catalyseurs. « J’ai une fonction depuis 6 ans qui m’a forcé à utiliser le téléphone portable sur l’oreille droite (5 heures par jour), et maintenant j’ai un gros déséquilibre entre mes deux oreilles. Ce qui m’a provoqué des gros vertiges… ». Cet individu était trop exposé aux ondes produites par son téléphone, ce fait est très inquiétant pour les jeunes générations qui y sont exposées depuis leur naissance. Ce phénomène controversé peut se révéler être un bien plus gros problème que l’état ne laisse paraître, le syndrome risque de prendre une plus grande envergure.

Des solutions préventives pour commencer

Actuellement, la solution pour se protéger des ondes est de modifier son environnement. Réduire l’exposition est momentanément efficace pour améliorer les conditions de vie. Fort heureusement, il existe des innovations qui peuvent répondre favorablement aux attentes des personnes victimes du SICEM :

  • Un isolant qui s’applique aux murs comme une tapisserie.
  • Des gaines de fils électriques anti-ondes.
  • Des vêtements qui préservent de l’exposition.

Ces dispositifs anti-ondes interceptent les résonances néfastes, ils ne permettent pas de guérir l’EHS, mais peuvent en préserver.