Réseau 5G : un danger pour la santé ?

Santé

De nos jours, la technologie devient de plus en plus sophistiquée. Alors que le réseau 5G est sur le point de débarquer en France, la question se pose : ce nouveau réseau pourrait-il représenter un danger sur le plan sanitaire ? On vous dit tout !

Dangereux pour l’homme ?

Réseau 5G : un danger pour la santé ?

Selon le classement de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en 2014, les champs électromagnétiques produits par les téléphones portables augmentent le risque de cancer chez l’homme. L’année dernière, une étude du National Toxycology Program des États-Unis a démontré que de longues expositions aux ondes électromagnétiques des réseaux 2G et 3G a entrainé l’apparition de tumeurs au cerveau chez les cobayes (des rats).

Pour ce qui est de la 5G, on ne peut pas encore officialiser si ce nouveau réseau est dangereux pour l’homme ou non. Certains consommateurs n’en restent pas moins méfiants.

Des limites seront imposées

Pour des raisons sanitaires, les smartphones doivent se conformer à une valeur limite du DAS (Débit d’absorption spécifique). La limite est fixée à 0,08 W/kg pour le corps entier et 2 W/kg pour la tête ou le tronc. Pour ce qui est des grandes antennes mobiles, le contrôle se fait sur le terrain grâce à des sondes, tandis que le niveau de référence dépend de la bande de fréquence. Il a été annoncé que la 5G devra également s’adapter aux limites et réglementations en vigueur, comme c’est le cas des réseaux qui l’ont précédé.

La 5G au cœur des rumeurs

En tant que technologie nouvelle et innovante, le réseau 5G fait l’objet de nombreuses rumeurs. Des vidéos sur You Tube exposent notamment le fait que la 5G serait responsable d’oiseaux morts, que des arbres étaient coupées pour des expérimentations, mais aussi que ce nouveau réseau risquait de faire griller le cerveau de nos enfants.

En tout cas rumeurs ou pas, rien ne semble pouvoir arrêter le progrès. Il a été annoncé que le réseau 5G allait enfin être déployé en France au plus tard l’année prochaine.

    • 5G et santé : Les champs électromagnétiques des téléphones portables peuvent augmenter le risque de cancer, mais l'impact de la 5G sur la santé n'est pas encore confirmé
    • Limites imposées : Des valeurs limites du DAS sont en place pour les smartphones et les antennes mobiles afin de protéger la santé des utilisateurs
    • Rumeurs sur la 5G : De nombreuses rumeurs circulent sur les dangers supposés de la 5G, notamment sur YouTube, mais son déploiement en France est imminent

FAQ

Comment bénéficier de la 5g ?

Pour bénéficier de la 5G, il est nécessaire de posséder un smartphone ou un appareil compatible avec cette technologie. De plus, il faut s'abonner à un forfait proposant la 5G auprès d'un opérateur téléphonique. Ensuite, il suffit de se trouver dans une zone couverte par le réseau 5G pour pouvoir profiter des avantages de cette nouvelle norme en termes de vitesse et de connectivité.

Il est également possible d'utiliser un routeur ou une box 5G pour bénéficier du haut débit chez soi.

Faut-il prendre la 5g ?

La décision de prendre la 5G ou non dépend de plusieurs facteurs tels que vos besoins en termes de vitesse et de connexion, ainsi que votre budget. De plus, il est important de considérer les potentiels impacts sur l'environnement et la santé avant toute adoption.

Il peut être judicieux d'évaluer toutes les options disponibles avant de prendre une décision éclairée.

La 5g est-elle vraiment utile ?

La 5G est une technologie récente qui promet des vitesses de connexion ultra-rapides et une plus grande capacité à connecter un grand nombre d'appareils simultanément. Cela peut sembler utile pour les utilisateurs qui ont besoin d'une connexion Internet rapide et stable en tout temps.

Cependant, certains experts remettent en question son utilité réelle pour le grand public, arguant qu'elle pourrait être plus bénéfique pour les entreprises plutôt que pour les particuliers. La 5G suscite donc des débats quant à son véritable impact sur notre vie quotidienne.

Alexandra Legrand

Etudiante en 4ème année de médecine, je me destine à la pédiatrie.