Tout savoir sur l’augmentation mammaire

Esthétique le par Marine

La pose de prothèses mammaires est l’intervention chirurgicale esthétique la plus pratiquée dans le monde. Des études ont montré que plus de 400 000 Françaises ont déjà décidé de se faire opérer des seins. Et la demande en termes d’augmentation mammaire est en constante évolution. Se faire poser des prothèses mammaires nécessite toutefois une longue réflexion. En effet, il ne s’agit pas d’une décision à prendre à la légère.
Du type des prothèses mammaires au volume souhaité en passant par le choix de la cicatrice, aucun détail ne doit être laissé au hasard. Il faut également garder en tête qu’une pose de prothèses mammaires implique de subir au moins une autre opération pour les remplacer. Cela peut aller jusqu’à trois autres opérations selon l’âge auquel vous vous êtes fait opérer pour la première fois.
Pour avoir une idée précise de ce qui vous attend en décidant de subir une opération d’augmentation mammaire, suivez ce guide !

C’est quoi une augmentation mammaire ?

L’augmentation mammaire est une intervention chirurgicale consistant à poser des prothèses mammaires, également appelées implants mammaires, afin d’augmenter le volume des seins. Il peut également s’agir d’une opération servant à corriger une ptôse mammaire légère, plus communément appelée affaissement des seins, après une grossesse ou un amincissement. En cas d’affaissement important, le chirurgien orientera plutôt la cliente vers une plastie mammaire.
L’intervention pour une augmentation mammaire peut également être obtenue par une lipostructure, c’est-à-dire que le chirurgien prélève de la graisse sur la patiente par lipoaspiration. Celle-ci sera ensuite greffée sur les seins afin d’obtenir le volume souhaité. Cette chirurgie esthétique des seins s’adresse à toutes les femmes qui trouvent leur poitrine trop petite à leurs goûts ou qui souffrent d’un manque de volume mammaire à la suite d’une grossesse ou d’un amaigrissement.

Comment se déroule l’opération ?

Une chirurgie pour augmentation mammaire se déroule généralement sous anesthésie générale. Dans certains cas, une anesthésie locale est possible. Cela demande toutefois un accord entre le chirurgien et l’anesthésiste. Dans tous les cas, la consultation de l’anesthésiste doit avoir lieu au moins 48 h avant l’intervention. L’opération est toujours précédée d’une consultation durant laquelle le chirurgien interroge la patiente sur ses antécédents médicaux. Cette première consultation permet d’écarter tout effet secondaire tel qu’un trouble de la coagulation ou encore des troubles cardiaques.
Le chirurgien procède par la suite à un examen de la silhouette, du buste, de la taille, de la forme et du positionnement des seins de sa patiente. Il analyse également la place des auréoles et la forme du thorax. C’est également l’occasion pour la patiente de faire part de la poitrine qu’elle souhaite avoir et de la forme de celle-ci. Le choix du type d’implants est étroitement lié à la tonicité et à l’épaisseur de la peau. Ceux-ci ne doivent être ni trop gros, ni trop lourds afin d’éviter d’accentuer le relâchement naturel des seins.
Tout savoir sur l’augmentation mammaire


Le chirurgien doit accompagner sa patiente et être de bon conseil tout au long du processus. Il doit effectuer des simulations avec les implants choisis par la patiente en préopératoire et assurer un suivi rapproché après l’opération. Par ailleurs, il doit expliquer le déroulement de l’opération, la voie d’accès choisie pour poser les implants mammaires et ainsi le type de cicatrice qui va en résulter, les examens à faire, les précautions à prendre, les risques, etc. À la fin de la consultation, il remet un devis incluant tous les frais liés à l’opération (prix des implants, frais de bloc opératoire, honoraires, anesthésie, etc.). La patiente, âgée d’au moins 18 ans, aura à signer un consentement avant l’intervention.
L’opération dure en moyenne 1 h 30 environ. Le chirurgien injecte un anesthésiant durant son intervention, ce qui réduit considérablement les douleurs post opératoires immédiates. Celui-ci agit pendant à peu près 48 h, ce qui implique que l’hospitalisation pour une augmentation mammaire dure deux jours après l’intervention.

Quelles sont les cicatrices possibles pour une augmentation mammaire ?

Les prothèses mammaires peuvent être posées de différentes manières :

  • cicatrice sous-mammaire (incision sous le sein) : idéale pour les femmes ayant un sillon marqué
  • cicatrice péri-aréolaire ou autour de l’aréole : conseillée aux femmes n’ayant pas de sillon marqué et dont la taille et/ou la position des auréoles ont besoin d’être modifiées
  • sous l’aisselle ou cicatrice axillaire : pour les autres cas

Le chirurgien conseille sa patiente sur la cicatrice la plus adaptée en fonction de sa morphologie et de ses souhaits. Sachez que ces cicatrices peuvent par ailleurs être atténuées pendant l’opération grâce à un traitement au laser.

Les différentes sortes de prothèses mammaires

Il existe deux différentes sortes de prothèses mammaires : la prothèse ronde et la prothèse anatomique. Pour avoir un résultat naturel, il est conseillé d’opter pour une prothèse anatomique remplie de gel de silicone plus ou moins dur. Celle-ci offre un aspect naturel aussi bien à la vue qu’au toucher, que vous soyez immobile ou en mouvement. En cas de rupture, la viscosité du gel limite la propagation du silicone dans l’organisme. Il existe également des prothèses anatomiques remplies de sérum physiologique. Celles-ci donnent toutefois un résultat moins naturel. En revanche, le sérum physiologique est totalement inoffensif en cas de rupture de la prothèse.
La prothèse ronde a quant à elle la forme projetée d’un sein. Comme son nom l’indique, ce type de prothèse donne des seins ronds. Il n’est judicieux de choisir cette prothèse que si l’on a des seins très plats ou si l’on souhaite avoir un décolleté plus pigeonnant.
Tout savoir sur l’augmentation mammaire #2

Quel volume choisir ?

Pour ne pas être déçue du résultat, il est important de réfléchir mûrement au volume de poitrine souhaité. En général, les Françaises se font poser une prothèse de 300 cc. Le choix du volume doit se faire en fonction de la morphologie de la patiente. Il est important de se fier au savoir-faire du chirurgien pour choisir le volume idéal. Il est conseillé de porter un tee-shirt blanc avec un col V lors de la simulation afin d’avoir une bonne idée de l’impact des prothèses sur la silhouette et le décolleté.

Qu’est-ce qui se passe après l’opération ?

Les douleurs post opératoires varient selon la taille et la position de la prothèse. L’anesthésie locale réalisée par le chirurgien en pré-opératoire améliore toutefois le confort post-opératoire. Les pansements sont à faire tous les 2 jours pendant 21 jours. Un soutien-gorge de contention est également préconisé pendant 2 mois.