Ce que vous devez savoir de la grippe

Santé le par Emma

Pourquoi le vaccin contre la grippe change-t-il chaque année ?

Le virus de la grippe est un « mutant » ! Il se modifie sans cesse de sorte que le vaccin valable une année ne l’est plus l’année suivante. C’est pourquoi sa composition est remise à jour tous les ans, sur la base des recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de son réseau de surveillance.

Pourquoi une nouvelle campagne de vaccination chaque automne ?

En apparence, la grippe est une affection d’allure banale et inoffensive. En réalité, elle constitue un problème important en termes de santé publique, principalement pour deux raisons : la dangerosité potentielle du virus chez certaines personnes et le risque d’épidémie, voire de pandémie (épidémie s’étendant à toute la population).

A) Le virus de la grippe est potentiellement dangereux chez certaines personnes, notamment au delà de 65 ans, et est encore à l’origine de milliers de décès.


B) Le risque d’une épidémie importante voire mondiale (pandémie) existe toujours. Tous les experts de la grippe affirment qu’une telle épidémie est toujours possible. Le XXème siècle en a connu trois. La plus connue est l’épidémie « de grippe espagnole » en 1918, responsable de vingt millions de morts, en quelques mois (en France, elle entraîna 120 000 décès en un an).

Quelles sont les personnes à « risque » en cas d’infection grippale ?

La grippe représente un danger potentiel chez les personnes âgées et chez tous les patients dont la santé est fragilisée, soit par une maladie chronique, soit par le mauvais fonctionnement de leur système immunitaire : celui-ci permet normalement à l’organisme de se défendre le virus de la grippe.

A) Les personnes âgées sont plus vulnérables en cas de grippe : 9 décès sur 10 liés à la grippe concernent des sujets de plus de 65 ans. Cela s’explique par la plus grande sensibilité des personnes âgées au virus et aux risques de complications plus fréquentes et plus graves que l’infection peut provoquer.

B) D’autres personnes sont plus fragiles en cas d’infection grippale. Ce sont essentiellement celles atteintes de maladies respiratoires (asthme, bronchite chronique), du rein ou du cœur ou ayant une dépression du système immunitaire (cancer, sida).

Comment savoir si l’on a « attrapé » la grippe ?

Le terme de grippe n’est pas dû au hasard. Il est la traduction de la force des symptômes « agrippant » brutalement le patient. Pour autant, savoir si l’on est atteint du virus de la grippe n’est pas si facile.

La grippe est très contagieuse : le fait de se trouver en contact avec des personnes effectivement grippées dans l’entourage, pendant une période d’épidémie constitue une élément en faveur du diagnostic. En effet, les sécrétions respiratoires des personnes grippées contiennent de très grandes quantités de virus, dispersées par les postillons, les éternuements, la toux. Le virus pénètre dans les voies respiratoires, se fixe sur les cellules du nez, du pharynx, des bronches, et se multiplie.

Le début de la maladie est typiquement marqué par des « signes généraux » qui précèdent les « signes locaux » (Voir notre article « grippe »).
Pour autant, même si les symptômes sont typiques d’une grippe, il ne s’agit pas forcément d’une « vraie » grippe due au virus grippal car de nombreux autres virus (plus d’une centaine !) comme le rhinovirus, l’adénovirus ou le virus respiratoire syncitial peuvent entraîner les mêmes symptômes !

Dans deux cas sur trois, la grippe ne se révèle pas par des signes typiques : le plus souvent, tous ces symptômes locaux et/ou généraux sont absents. Le diagnostic de la maladie repose sur des symptômes intenses pendant une période d’épidémie et rétrospectivement, sur l’importance et la durée de la fatigue qui suit l’infection.

Y-a-t-il du neuf dans le traitement de la maladie ?

Depuis un an, des traitements spécifiques dits « antiviraux » peuvent être prescrits pour traiter la grippe dès ses premiers symptômes. Ils empêchent la multiplication du virus mais ne font pas l’unanimité du corps médical. Ils se présentent sous la forme d’un spray qui apporte le principe actif directement là où se trouve le virus.

En pratique, pour être le plus efficace possible, ce traitement doit être débuté dès que possible, au plus tard 48 heures après le début des premiers symptômes. Il diminue la durée et l’intensité des symptômes grippaux. Les premiers soulagements sont notables dès la douzième heure de traitement, avec en particulier une disparition de la fièvre.

le virus de la grippe atteint chaque annee

pourquoi la grippe mute