Kinésithérapeute : les spécialités les moins communes dans le domaine

Formation

Professionnels de la santé à part entière, les kinésithérapeutes jouent un rôle important dans la préservation, mais aussi la restauration des différents mouvements articulaires et de la force. Entièrement encadrés par le Code de la Santé, leurs actes visent à éduquer d’une manière thérapeutique leurs patients. Bien que la fonction principale de tous les kinés soit tout à fait similaire, nombre d’entre ces experts ont toutefois un champ de spécialisation spécifique.

Kinésithérapeute : les spécialités les moins communes dans le domaine

Au-delà des domaines communs d’intervention des kinés (post-chirurgie, neurologie ou encore la gériatrie), d’autres branches peu connues détiennent d’un niveau d’importance tout aussi identique dans la profession. Voici une revue des spécialités kinés les moins communs, mais restant totalement considérables.

La pédiatrie

Tout comme la gériatrie qui désigne la spécialisation dans l’étude et la prise en charge des maladies liées à la vieillesse, la pédiatrie, elle, se concentre plutôt sur les enfants. La kinésithérapie pédiatrique exige des connaissances plus profondes, précises et à jour pour proposer les meilleurs traitements qui soient. Aussi complexe que la thérapie d’adulte, diagnostiquer les affections et réaliser des actes sur des nourrissons et chérubins réclament une réelle expertise.

Suivre une formation au massage bébé appuyée par un apprentissage au sujet de différentes problématiques sanitaires possibles est donc primordial. Cette initiative permettra aux professionnels d’apporter les meilleures prises en charge et de pratiquer les frictions nécessaires pour soulager les petits patients et les accompagner efficacement.

Kinésithérapie post-cancer

À l’image de la prise en charge thérapeutique faite par les kinés à la suite d’un accident ou encore de problèmes neurologiques, la spécialité post-cancer se fonde sur l’accompagnement sur plusieurs plans, dont :

  • traitement des complications possibles (veineuse ou lymphatique) 
  • apprendre à oublier les positions antalgique (position qui soulageait auparavant des douleurs) 
  • retrouver ou conserver la mobilité et reprendre les activités quotidiennes 
  • accompagner dans la cicatrisation 
  • atténuer toutes douleurs vives 
  • améliorer le bien-être général, ce qui doit se doubler de la recherche d’un meilleur cadre de vie, à la campagne par exemple

Les kinésithérapeutes à spécialisation doivent entamer des formations en continu pour répondre aux exigences professionnelles les plus récentes.