Le prélèvement microbiologique et ses applications

Santé

Les établissements de santé doivent prendre en compte le risque microbiologique lié à l’environnement, car il peut être potentiellement à l’origine des infections associées aux soins (IAS), qui se développent sous forme des infections associées à l’environnement de soins (IAES). Les prélèvements microbiologiques et l’échantillonnage (contrôles microbiologiques d’environnement) constituent une mesure préventive contre les infections.

Dans quel cadre doit-on effectuer un prélèvement microbiologique ?

Un prélèvement microbiologique permet de connaître l’écosystème de l’établissement et surveiller la présence de micro-organismes pour participer à la prévention des infections liées à l’environnement de soins, mais aussi pour répondre aux règlements sanitaires. Il est réalisé à l’aide d’un matériel de prélèvement et mesure spécifique.
Il permet également de suivre des indicateurs dans le cadre d’une démarche d’assurance qualité et d’apporter une surveillance particulière des zones à environnement maîtrisé. Cela permet aussi de réaliser une enquête épidémiologique orientant vers une source environnementale et de visualiser la contamination environnementale dans le cadre d’une démarche pédagogique (pour sensibiliser le personnel à l’hygiène environnementale et faciliter la mise en place de mesure corrective…).
Un prélèvement microbiologique est également obligatoire après :

  • toute opération importante de maintenance ou des mutations du procédé ayant un effet sur l’environnement de la salle propre,
  • l’enregistrement de résultats inhabituels, après des modifications des procédures de nettoyage et de désinfection,
  • des événements spécifiques et impromptus pouvant contribuer à la biocontamination

Par exemple, pour les ZEM (zones à environnement maîtrisé), les normes NF EN ISO14698 (2004) ou NF S90-351 (2013) précisent que ces prélèvements doivent être effectués en cas de dépassements consécutifs des niveaux d’alerte ou d’action, après l’arrêt prolongé des activités ou lors de la détection d’agents infectieux dans les zones à risque.
Le prélèvement microbiologique et ses applications

Quel matériel doit-on utiliser pour un prélèvement microbiologique ?

Le matériel à utiliser pour un prélèvement microbiologique dépend essentiellement du type de prélèvement à effectuer. Par exemple, la recherche de bactéries, levures et champignons est souvent effectuée à l’aide de bio collecteurs. Le prélèvement est généralement basé sur le principe de l’impaction directe sur gélose : l’air aspiré en flux régulier est canalisé vers la surface de la gélose à travers une tête crible ou perforée.
Quant à la recherche de particules dans l’air, elle est effectuée à l’aide d’un compteur optique de particules. Le prélèvement se fait par aspiration de l’air en flux régulier et les particules sont mesurées une par une à l’aide d’un faisceau laser (tube laser ou diode laser). Pour le comptage de particules, on utilise un compteur de particules préalablement nettoyé et désinfecté. Le compteur doit disposer d’un certificat d’étalonnage en cours de validité : au minimum un étalonnage annuel.

Les étapes à respecter pour effectuer un échantillonnage microbiologique

Voici les étapes à suivre pour réaliser un échantillonnage :

Déterminez la taille d’échantillon

La taille de l’échantillon dépend du contexte dans lequel l’échantillonnage a lieu et des objectifs de précision ou de certitude à atteindre. Elle est également influencée par les approches d’échantillonnage utilisées.

Respectez des règles d’asepsie

Dans la mesure du possible, les échantillons du produit à analyser doivent être amenés au laboratoire dans leur conditionnement d’origine. En effet, cela évite certaines contaminations par le milieu extérieur. Certains instruments doivent être stérilisés sur les lieux du prélèvement. La désinfection par l’alcool ou la flamme est parfois insuffisante, car la température atteinte n’est pas assez élevée.
Les bactéries et les champignons, selon leur type, peuvent proliférer à des températures assez élevées. C’est pourquoi il est important que les échantillons soient refroidis à des températures inférieures à 5°C le plus rapidement possible après prélèvement, puis envoyés au laboratoire dans des contenants propres et stériles.

La représentativité

Au moins 5 unités d’un produit doivent être fournies pour constituer un échantillon (par exemple, si c’est un produit à conserver, 5 unités doivent être conservées). Le laboratoire doit disposer d’environ 500 g du produit, soit 5 fois 100 g. Ces 100 g peuvent être fournis par une ou plusieurs pièces.

Identification du lot d’échantillonnage

Un lot est une unité de production qui peut être identifiée par un code. En termes de quantité, un lot est un ensemble distinct de produits qui sont fabriqués et/ou emballés dans des conditions identiques, dans le même établissement, et qui ne représentent pas plus que la production d’une journée.

  • Les prélèvements microbiologiques sont essentiels pour surveiller la présence de micro-organismes et prévenir les infections liées à l'environnement de soins
  • Différents types de matériel sont utilisés en fonction du type de prélèvement à effectuer, comme les bio collecteurs pour la recherche de bactéries, levures et champignons
  • Pour réaliser un échantillonnage microbiologique efficace, il est important de déterminer la taille d'échantillon, respecter des règles d'asepsie et assurer la représentativité des échantillons

FAQ

Quels sont les avantages de la microbiologie ?

La microbiologie présente de nombreux avantages. Tout d'abord, elle nous permet de mieux comprendre le fonctionnement des micro-organismes et leur impact sur notre santé.

Ensuite, elle joue un rôle important dans les domaines de l'alimentation, de l'environnement et de la médecine en contribuant à la détection et à la prévention des maladies infectieuses. De plus, grâce à cette discipline scientifique, on peut également développer des traitements efficaces contre les infections bactériennes et virales. Enfin, la microbiologie est essentielle dans le domaine pharmaceutique pour produire des médicaments tels que les antibiotiques ou les vaccins.

Quels types de prélèvement biologique existent-ils ?

Il existe différents types de prélèvement biologique tels que le prélèvement sanguin, l'analyse d'urine, le frottis cervico-vaginal et la biopsie. Ces prélèvements permettent d'étudier les cellules ou les fluides corporels afin de détecter d'éventuelles maladies ou anomalies.

Ils sont réalisés par du personnel médical spécialisé et peuvent être effectués à des fins diagnostiques ou de dépistage. Certaines analyses nécessitent une préparation spécifique et peuvent être associées à des examens complémentaires pour établir un diagnostic précis.

Pourquoi effectue-t-on un contrôle microbiologique des aliments ?

Le contrôle microbiologique des aliments est essentiel car il permet de s'assurer de la sécurité sanitaire des aliments que nous consommons. En effet, certains micro-organismes présents dans les aliments peuvent être dangereux pour notre santé et causer des intoxications alimentaires.

Il permet également de vérifier le respect des normes en matière d'hygiène et de qualité afin d'éviter tout risque de contamination. Enfin, cela permet aussi de garantir la durée de conservation optimale des denrées alimentaires avant leur consommation.

Flavie Martin

Flavie est journaliste spécialisée bien-être. Après avoir obtenu son diplôme en médecine, elle a choisi de partager ses connaissances et sa passion à travers la rédaction d'articles pour différents medias.