Parthénogenèse : les femmes n'auront bientôt plus besoin des hommes pour faire des bébés

Sexo

Qu’est-ce que la parthénogenèse ?

La parthénogenèse est la « reproduction sans intervention d’un mâle dans une espèce, caractérisée par l’existence de deux sexes. » cf. www.Larousse.fr. Récemment une équipe de recherche chinoise a réussi à donner naissance à de petits souriceaux en fécondant une souris femelle à l’aide… d’une autre femelle.

Et oui messieurs, ces dames sont capables de se reproduire sans votre aide. Enfin presque !

Les principes de l’expérience : la parthénogenèse provoquée

En effet, cet exploit est rendu possible grâce à des manipulations génétiques au sein de cellules souches embryonnaires haploïdes (c’est-à-dire ne contenant qu’une seule copie de chaque chromosome) propices car assimilables aux cellules germinales (ovules et spermatozoïdes). Dans l’utérus d’une souris porteuse a été transplanté un ovule contenant le génome privé de trois régions spécifiques ayant une empreinte sur la formation de l’embryon d’un second ovule.

Les résultats sont sans appel : malgré le fait qu’à peine une trentaine de souriceaux soient nés (sur 210 embryons), ces derniers ont évolué normalement avant de donner à leur tour naissance ! La même expérience fut réalisée sur des gamètes masculins dont sept régions ont été enlevées, néanmoins aucuns souriceaux n’a survécu. Bien que l’expérience fut une demi-réussite étant donné la divergence des résultats entre gamètes mâles et gamètes femelles les chercheurs restent optimistes sur la possibilité de pallier les barrières qu’impose la reproduction sexuée.

Les enjeux de la maîtrise de la parthénogenèse

La suppression de ces régions spécifiques dites avec empreinte à la fois dans les cellules reproductrices masculines et les cellules reproductrices féminines permettrait de mieux comprendre les causes des maladies génétiques chez le nouveau-né et pourquoi pas permettre à des espèces en voie de disparition d’augmenter leur population.

En effet, chez les varans, la parthénogenèse est utilisée par les femelles pour se reproduire lorsque les mâles tant à manquer. Chez les humains, des chercheurs travaillent sur la possibilité de créer des cellules parthénogénétiques dans le but de traiter des maladies dégénératives telles que la maladie de Parkinson.

Sources : Cell Stem Cell, Futura Sciences, Trust My Science, Gènéthique